GRAND PALAIS, PARIS, Librairie Solstices, stand G 16.
Du 12 au 14 avril 2019, vendredi, samedi et dimanche de 11h à 20 h.

Quarante des quatre-vingt-une lettres de François Righi à Victor Segalen. Livre unique avec 40 peintures originales. [Ivoy-le-Pré], s.n.e. [chez l’artiste], 1980 - 3 janvier 2019. 33 x 16 cm, 174 p. (87 ff. doubles dont 2 blancs). Reliure à la chinoise, couvertures de papier népalais marron d’Inde avec étiquette de titre imprimée en noir d’idéogrammes chinois collée sur le premier plat, gardes de papier Japon, emboîtage recouvert de papier népalais et ramagé Orion.

Livre unique avec 40 petites peintures originales sur papier de soie, à l’encre et à l’aquarelle, avec divers rehauts à la gouache et à la mine de plomb, contrecollées sur Japon Minota, et 41 pages muettes comportant un encadrement de filets à la gouache rouge. Titre, faux titre et colophon calligraphiés à l’encre de Chine. Signature et sceau rouge de cinabre au colophon. “Des quatre-vingt-une lettres à Victor Segalen, peintes en 1980, quarante ont échappé à la dispersion dans l’espace et dans le temps. Je les rassemble ici pour un hommage au poète dont on célèbre cette année le centenaire de la mort, survenue le 21 mai 1919 dans la forêt du Huelgoat, au lieu-dit Le Gouffre.” (F. Righi). Le format du livre est, quoique légèrement plus grand, dans un rapport homothétique avec celui de la présentation bibliophilique des éditions de Stèles de Victor Segalen (Pékin, 1912) ; elle-même était “une réduction proportionnée de la stèle de Si-ngan fou” (Henri Bouillier). Le nombre 81 a aussi été choisi à dessein. C’est le carré du nombre impérial 9, la quatrième puissance du nombre 3. Ainsi que le rappelle Segalen dans sa “bibliographie des stèles”, la troisième terrasse du Temple du Ciel à Pékin comprend 81 dalles.- Kenneth White considère que “Righi avait donc lu Segalen, et il l’avait bien lu, jusqu’à correspondre en tous points avec lui. Il avait pénétré dans l’œuvre de Segalen comme dans une initiation. Et c’est ainsi, bien sûr, qu’il faut lire, dès qu’on a affaire à une littérature dense et qui va quelque part. Mais qui, de « nos » jours, prend le temps de lire ? Righi avait pris le temps, il en avait tant pris qu’il en avait fait un espace. Et dans cet espace, lieu de la plus haute concentration, lieu de la plus fine jouissance, la lecture des livres de Segalen avait fait éclore en lui quelques feuilles frêles comme des pétales de pavot qui sont autant de labyrinthes, autant de mandala, autant de cheminements secrets.” On joint un exemplaire marqué HC, sous étui, de l’édition originale des Quatre-vingt-une lettres à Victor Segalen publiée à Paris, en 1981, avec une préface de Kenneth White.

Solstices, 16 rue Pestalozzi, 75005 Paris – 06 13 80 19 45 – libsolstices@.com - www.librairie-solstices.com
© Anne Solange Gaulier pour les photographies.