RIGHI (François). Un livre muet pour Jean Lallemant le Jeune. Mutus Liber Ioanni Allemano Iuniori.

[Ivoy-le-Pré], D’ailleurs-l’image et Orléans, Tant & Temps, (été) 2005. In-8 (22,5 x 13,5 cm) de 24 pp.,  en feuilles, couverture imprimée rempliée, étui et chemise marouflés de Japon bleu, imprimés. 13 dessins imprimés en sérigraphie par Jean-Marie Biardeau, dont 12 rehaussés d’une empreinte originale. Composition typographique (Righi) en Antique Olive de corps 6. Impression : Emile Moreau. 30 exemplaires sur Rivoli ivoire 160 g, dont 5 marqués HC, numérotés et signés. L’exemplaire n° 1, sous coffret, est augmenté des 12 dessins originaux établis pour l’impression en sérigraphie (BM Bourges : commande du 18 novembre 2005).

Un exemplaire supplémentaire, non mentionné au colophon, numéroté 0, est enrichi d’une suite de 14 dessins originaux intitulée La Nuit des temps (Bibliothèque nationale du Luxembourg).

Il existe 2 exemplaires hors-commerce marqués HC, sous emboîtage muet bleu nuit, dépourvus des consonnes qui figurent sur la chemise des autres exemplaires.  

Épuisé.

  

 

 

Il n’y a pas de faux titre, mais en son lieu la traduction latine du titre (Patros), dont les consonnes sont imprimées sur l’étui et les voyelles sur le premier plat de la chemise.

Les empreintes, toutes uniques, qui figurent sous chaque image, sont des jetés de fils de soie trempés d’encre, dits au colophon lacs de couleur originaux.

L’ouvrage est une manière de commentaire du livre d’heures de Jean Lallemant le Jeune (c. 1540) conservé à la Bibliothèque royale de La Haye (KB 74 G 38). Il joue des analogies de forme et de sens que l’artiste décèle entre les emblèmes que l’on trouve au plafond du cabinet de l’hôtel Lallemant à Bourges et certains détails des miniatures du livre d’heures de référence. Ainsi, l’emplacement de la croix d’or qui se trouve sur chaque miniature, sa taille, son orientation, servent de base à chaque dessin, réduit à la représentation d’un réseau de mailles entrecroisées. Ce motif reproduit celui du cilice que porte le protagoniste des miniatures. Et pour rappeler le nœud coupé qui se trouve au bas de celles-ci, une déchirure dans le tressage marque la place du torse du personnage. L’envol du fil, coupé puis fixé dans un dessin aléatoire, rappelle ce mobilier d’images.

La dimension dévorante du temps qui nous sépare de l’œuvre du miniaturiste renaissant trouve son expression dans la suite de dessins originaux intitulée La Nuit des temps. Les dessins de la trame dont est revêtu Jean Lallemant ont été repris en numérotant à l’encre rouge chacun des nœuds qui en marquent les intersections, jusqu’au chiffre 2005 qui, à la dixième planche, correspond à l’année de réalisation de ce livre. Au-delà, la numérotation se poursuit à l’encre bleu nuit jusqu’au chiffre 2320, au bas de la dernière image. Le frontispice explore la figure de Jean Lallemant lui-même, d’après la douzième miniature de son Livre d’Heures, dite du Jugement dernier.

Dans un inventaire de l’an 1571 (la construction de la demeure des Lallemant remonte aux dernières années du XVe siècle) le cabinet est dit chambre des armures. Or, « dans un tissu, la façon dont jouent les fils, selon l’enfilage de la chaîne dans les lisses de lève ou de baisse des lames, présente un dessin que l’on appelle armure. » Par ce détour, retour peut être fait à la haire de Jean Lallemant. Et l’on sait que ce treillis signifie en alchimie la matière canoniquement préparée (Philippe Audoin, Bourges, cité première, 1972).